qualité de l'air en entreprise

Comment appréhender des solutions pour la qualité de l’air en entreprise ?

Quand on parle de qualité de l’air il faut penser à deux types d’air. Il y a d’une part l’air extérieur, et de l’autre part, l’air intérieur. En ville, à la campagne, dans les montagnes, dans les plaines … aucun territoire n’est épargné par la pollution de l’air. Et plus inquiétant, nous passons en moyenne 90 % de notre temps à l’intérieur d’un bâtiment et l’air s’y trouvant et cinq fois plus pollué qu’à l’extérieur.

Quels risques pour la santé ?

Les effets de l’air pollué sur la santé sont multiples. Il y a par exemple tout ce qui provoque une somnolence, des irritations que ce soit au niveau des yeux ou au niveau de la peau, des maux de tête, des troubles de l’attention et de la concentration. En découlent certaines pathologies, comme l’asthme, des allergies, voire même le développement d’un cancer.

Ces pollutions sont spécifiques et liées souvent au secteur d’activité dans lequel on travaille au quotidien. Donc quand on rentre dans une industrie, on fait face à une pollution plus ou moins importante selon le degré, touchant également les collaborateurs. Les entreprises, pour assurer la santé et la sécurité au travail de leurs salariés, se doivent donc de mettre en place des solutions pour limiter tant bien que mal la pollution de l’air dans leurs locaux.

Quelles sont les étapes pour améliorer la qualité de l’air dans une entreprise ?

Il y a 4 grandes étapes pour parvenir à mettre en place des solutions afin d’améliorer la qualité de l’air :

  • La première étape est une enquête préalable à réaliser sur le fonctionnement quotidien de l’entreprise.
  • La seconde consiste à enquêter sur place et dans les bâtiments concernés.
  • L’étude de trois paramètres essentiels représentent la phase 3 de l’analyse.
  • Enfin, la dernière étape est bien évidemment la mise en place de solutions et du suivi.

Il arrive parfois que de nombreuses entreprises aient déjà mis en place des mesures, mais les résultats restent insuffisants. Passer par un prestataire extérieur, expert en ingénierie de la qualité de l’air est une solution pour apporter de nouvelles alternatives par le biais d’un système de climatisation plus performant, d’une meilleure gestion de l’hygrométrie par exemple, améliorant considérablement la qualité de l’air dans de grandes structures, telles que les hôpitaux et bâtiments industriels.

Quels sont les paramètres essentiels à l’étude de la qualité de l’air en entreprise ?

Les critères de mesure de la qualité de l’air dans les locaux ou bâtiments, sont au nombre de trois. Les voici ci-dessous.

Le taux de dioxyde de carbone

Un excès de dioxyde de carbone peut entraîner des troubles de l’attention et donc de la productivité.  Il est donc important de maintenir le taux de dioxyde de carbone en dessous de 800 PPM (partie par million). C’est un très bon indicateur de renouvellement de l’air. Jusqu’à 800 PPM, on considère que l’air est de bonne qualité, et entre 800 et 1 200 on considère que l’air est de qualité moyenne, et au-delà la qualité de l’air est médiocre.

La température de l’air

La température ambiante idéale va dépendre fortement des activités qui sont réalisées dans les locaux d’une entreprise. La chaleur et le confinement des personnes sont propices au développement des virus et des bactéries. La combinaison d’une température ambiante et d’un taux d’humidité élevé, favorise la multiplication d’acariens, de moisissures et de champignons.

Le taux d’humidité relative

Pour le pourcentage d’humidité, il est important de veiller à maintenir ce taux entre 40% et 60%. En dessous de 40%, de la sécheresse apparaît et se traduit par des symptômes tels que l’irritation des yeux et de la peau. Dans la zone de 60% de saturation, on se confronte au développement d’acariens, de champignons et de moisissures, entraînant l’apparition d’allergies.

Pistes d’actions pour améliorer la qualité de l’air en entreprise

Les pistes d’actions sont bien évidemment de s’informer davantage sur les risques et les solutions possibles. N’oubliez pas de lister les problèmes potentiels de pollution intérieure notamment lors de points de contrôle comme la vérification de présence d’amiante. Il est possible également de s’appuyer sur des plaintes de travailleurs pour débuter une étude et prendre en charge le problème. Analyser les risques et inclure les mesures de prévention doivent être au cœur d’un plan stratégique interne pour une entreprise dans le cadre du bien-être de ses salariés.

Des travaux de rénovation à l’intérieur d’une entreprise ou la construction d’un nouveau bâtiment est un des meilleurs moments pour établir un plan d’actions concret visant à prévenir les problèmes de pollution intérieure à l’aide d’un cabinet spécialisé en ingénierie de la qualité de l’air et hygrométrie.

Laisser un commentaire